Message de votre curé

Je suis né en 1949. Mes parents, fils et fille de parents italiens, sont nés à Montréal. La famille est quelque chose de très important pour nous. J’ai un frère et quatre sœurs; un neveu et 6 nièces. Nous avons grandi dans le quartier Rosemont.

Bien sûr, pour penser devenir prêtre, cela suppose une éducation religieuse. J’ai eu des parents croyants, pratiquants. Ma mère était très engagée dans sa paroisse. Mon père était un homme plus réservé mais généreux et prêt à aider.

Parmi toutes mes expériences, je dirais que deux faits ont joué un grand rôle dans ma décision d’être prêtre : la lecture au début de mon adolescence de la vie de St-Jean-Bosco, un prêtre dévoué auprès des jeunes et surtout une retraite spirituelle vécue lorsque j’étais au CÉGEP. J’y ai ressenti alors un appel clair du Seigneur à miser toute ma vie sur Lui, convaincu que je ne serais jamais déçu.

Ordonné prêtre le 14 juin 1974, dans quelques mois, je célébrerai mon 47e anniversaire sacerdotal. Mon ministère, je l’ai exercé d’abord dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve (1974-1980), endroit où j’avais fait mes stages de formation comme séminariste. Ensuite je me suis porté volontaire comme missionnaire. Avec les Prêtres de Missions Étrangères, j’ai travaillé dans l’Amazonie péruvienne (1981-1989). De retour au pays, j’ai été nommé dans le quartier Villeray (1989-2005) de Montréal. Et depuis septembre 2005, j’ai le bonheur d’accompagner la communauté d’ici. Je suis donc dans ma 16e année comme curé de Notre-Dame-de-la-Trinité.

À chaque endroit, j’ai été heureux au contact de gens extraordinaires. Pas un seul instant, il m’est venu de regretter mon choix de vie.
****

Lorsque le cardinal Jean-Claude Turcotte m’a proposé de quitter Villeray pour prendre un nouveau mandat dans Verdun, j’avoue que je ne connaissais pas grand-chose de cette partie ouest de la ville.

J’ai appris à connaître et aimer cet arrondissement. Très vite,j’ai réalisé que le fait d’avoir été une ville durant tant d’années, cela donnait un esprit de « village » de proximité aux gens de Verdun. J’ai eu la chance au début, de m’impliquer au niveau du regroupement des groupes communautaires contre la faim (St-Vincent-de-Paul, REV, Mana, etc.). Dans une deuxième phase, le projet de restauration patrimoniale de notre église, m’a introduit au réseau des instances politiques, des Gens d’Affaires, des Grands Verdunois, etc.

Notre paroisse est riche de ces personnes dévouées et impliquées au service des autres. Je suis fier d’être le pasteur d’une communauté dynamique et fraternelle qui s’insère bien dans la vie du quartier (sa vie culturelle, ses fêtes populaires, etc.).

Retour haut de page